Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
CHEVALIER DE LA BONTE

LE SYNCRETISME: UNE VOIE SPIRITUELLE

30 Mai 2012, 23:43pm

Publié par Gautama

Unité des religions

 

 

Ramakrishna (mystique indien) et Baha'ullah (fondateur du Bahaïsme) ont tracé la voie du syncrétisme de toutes les religions; l'un à partir de l'Hindouisme, l'autre à partir de l'Islam.

 

Cependant, chacun des deux est resté dans la logique propre à sa religion d'origine.

 

Le principe est que les différentes religions sont les reflets d'une seule et même vérité.

Mais évidemment, nous sommes alors confrontés à des contradictions entre certaines religions.

Certaines sont polythéistes, d'autres monothéistes et d'autres ne s'occupent pas de Dieu.

 

Cependant, nous pouvons  distinguer des réalités relatives et la réalité absolue.

Il faut envisager plusieurs niveaux et plusieurs modes de manifestation de Dieu à l'Homme.

 

Une parabole  indienne permettra de mieux saisir ce que je veux dire:

 

"Cinq aveugles rencontrent un élephant et chacun le touche pour savoir de quoi il s'agit.

L'un ayant touché son pied, dit: "C'est un pilier."

L'autre touchant sa trompe dit: "Mais non c'est un serpent!"

Un autre touchant sa queue dit: "C'est une corde."

Un autre touchant son ventre: "c'est un mur!"

Et le cinquième touchant son oreille: "C'est un éventail."

Si il y avait un voyant avec eux, il leur aurait dit: "En fait, c'est un élephant." "

 

De même, personne ne saisit totalement la vérité ultime.

 

 

 

Par exemple, dans le Bouddhisme Mahayana, le Bouddha est perçu comme la réalité ultime, qui est aussi notre nature originelle: "la nature de bouddha", dans le Bouddhisme Zen (parallèle avec l'âme comme parcelle du divin des monothéismes).

Le Bouddha dit qu'il n'y a pas de soi, que nous ne trouvons rien de permanent à l'intérieur de nous qui puisse être appelé une âme; cependant il dit aussi à demi-mot que le "non-né" existe et que nous pouvons l'atteindre.

Celà semble être une façon d'éviter qu'on identifie notre personnalité grossière à notre âme; mais celà n'exclue pas que le spirituel existe lorsqu'on abandonne la volonté d'être, la "soif" , mais on ne l'expérimente qu'en l'absence de notre égo.

Dans le Bouddhisme, les dieux sont laissés de coté, mais le divin est appréhendé par l'extinction des passions et par un vide intérieur; et ce néant se révèle étrangement plein d'une grâce incommunicable.

 

 

L'Hindouisme dans sa forme extérieure et populaire a une multitude de dieux et trois dieux principaux.

Cependant ils sont considérés par cette religion comme différentes manifestations d'un seul Dieu "sans-forme" et "non-manifesté", appelé Brahman.

Ils croient aussi que chaque créature abrite en lui un Atman, une âme de nature divine.

 

Dans le Taoïsme, il y a plusieurs déités vénérées, mais  il y a une entité sous-jaçante à tout l'univers, appelée le Tao.

 

 

Le Jaïnisme croit en une nature divine des âmes, mais pas à un dieu.

Le Shintoïsme  est, à ma connaissance, simplement polythéiste.

Celà correspond aussi à un aspect de la réalité.

 

 

 

Ce qui m'a amené à cette voie, c'est la prise de conscience des défauts de ma religion d'origine (le judaïsme).

 Je suis ensuite parti en quête de La religion vraie et idéale; ce parcours à travers les religions du monde m'a énormément enrichi.

Cependant, je me suis aperçu que toutes les religions contenaient de grandes richesses spirituelles, mais que chacune avait aussi des défauts.

Je ne peux nier que quelques religions me paraissent plus belles et plus morales que d'autres, cependant je les englobe toutes dans mon expérience spirituelle.

  

 

  Comment traduire en pratique un syncrétisme intelligent?

 

On peut  identifier l'esprit particulier de chaque religion et l'intérioriser en expérience du divin; et ainsi créer un faisceau aux multiples couleurs, et dont le coeur est Dieu ou l'Absolu.

 

Dans la pratique, ont s'imprégnera de chaque sagesse religieuse, en évitant le litteralisme  dogmatique et on se conformera aux tendances principales, à certaines lois, sans s'éparpiller.

Cependant, les differents cultes doivent garder chacun leur specificité.

 

Il est recommandé de garder une religion comme cadre général, pour avoir un certain enracinement et pour être à l'aise socialement.

Si on a une mauvaise expérience de sa religion, redécouvrir l'amour de Dieu ou la spiritualité dans une autre tradition est parfois salutaire et nécessaire.

 

 

On remarquera que le fait de prendre en compte plusieurs religions crée un équilibre et neutralise le fanatisme.

 

 

Commenter cet article